Le 1er bilan du stage

bilan-stage2010

Du 21 au 25 Juin 2010, l’association Schiz’osent être à organisé un stage dans la loire (42) afin de faire découvrir à 5 schizophrènes stabilisés des « techniques de bien être ». Voici les quelques éléments que nous retirons de cette expérience :

  • Le lieu, choisi expressément en pleine campagne, à été, aux dires de tous les stagiaires, extrêmement apaisant et facteur de bien être, loin des sollicitations de la vie urbaine.
La richesse et la liberté de paroles pendant le stage ont été évoqué par tous. Être à la fois avec des personnes porteurs du même trouble et de personnes équilibrés ont permis des échanges sans précédents, alors qu’on le sait, la maladie incite plutôt au replis sur soi.

 

  • L’ensemble des stagiaires à pu voir, grâce à la psychogénéalogie, comment ils pouvaient parfois porter un lourd fardeau, parfois à cause de non dit ou de schéma qui se répètent aux sein des différentes générations de leur famille. Ils ont bien compris que le but n’était pas d’accuser qui que se soit dans leur clan, mais de comprendre, en conscience, pourquoi leur vie à pu parfois prendre un tel cheminement.
  • Dans une pathologie que l’on définit parfois comme une scission entre le corps et l’esprit, le massage aux huiles essentielles et la sophrologie leur ont permis de retrouver une meilleure unité, comme l’a exprimé au cours d’un séance un stagiaire : « j’ai senti que j’avais un corps, des jambes, des bras ».
  • Les stagiaires ont été extrêmement moteurs pendant la semaine et à la fois très attentifs lors des discussions avec les intervenants. L’un d’eux à même évoquée que c’était « les meilleurs vacances de ma vie ».
  • Il s’est dégagé que le fait d’entourer les stagiaires par une équipe pluridisciplinaire s’est révélé très fructueuse. On s’est tous mis à rêver que les futurs approches de soins pourraient intelligemment mêler psychiatrie à ces différentes approches de bien être !
  • La notion de « confiance » est souvent revenue dans la semaine, notamment en atelier d’art-thérapie. Dans une pathologie où le climat médiatique entretien une très vive méfiance envers les schizophrènes, comment ceux ci peuvent ils alors revendiquer une place dans la société ? Partir de leurs propres projets, et dans le stage, de petites œuvres en argile qu’ils ont pu réaliser à eu pour effet de passer une riche matinée pleine de créativité et de discussions. Ils ont pu voir qu’ils n’étaient pas que des « malades » et qu’ils pouvaient dans leur vie, si on leur faisait confiance, donner naissance à beaucoup de choses.
  • On s’est rendu compte qu’appuyer toujours « là où ça fait mal », n’était pas toujours aidant. En déplaçant leur attention sur d’autres aspects, comme pendant le cours de sophrologie ou tout simplement la vie de groupe pendant la semaine, les stagiaires ont vu qu’en se refaisant confiance ils pouvaient élargir de plus en plus dans leur vie ces « îlots de clarté ».
  • Des stagiaires ont noté que cette semaine avait « débloqué » des choses, et leur avait redonné des pistes à suivre. Au delà de la prise de médicaments bien nécessaire, on a senti que les stagiaires avaient besoin d’aller plus loin, de reprendre en main leur vie et lui donner un sens. C’est notamment la psychogénéalogie qui à été pour eux facteur de prises de conscience pour avancer.

Bref, de tels moments vécus donne à l’association des ailes pour continuer sur son chemin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *